Blog de Augusto Simoes (MVP)

Sharepoint, OCS, Windows Server ...

Augusto Simoes

Consultant Infrastructure & Trainer

Ma mission est de concevoir les architectures de messageries unifiés et collaboratives afin d'accompagner nos clients vers ces nouvelles technologies.

  • Microsoft Certified Trainer
  • Microsoft Certified Systems Engineer
  • Microsoft Certified Technology Specialist :SharePoint, WSS, OCS 2007, Vista, Windows 2008
  • Microsoft Certified Database Administrator SQL 2000, 2005


MVP Logo


MyTag

Mon Profile Chez Microsoft

RecentComments

Comment RSS

[SharePoint 2010] SCDPM & SharePoint 2010 – Part 3

Troisième partie de ce billet sur SCDPM 2010 et SharePoint 2010, les deux premières parties sont disponibles ici:

SCDPM & SharePoint 2010 - Part 1

SCDPM & SharePoint 2010 – Part 2

5. Récupération d’item de SharePoint dans SCDPM

Il est dorénavant possible de tenter de récupérer un objet SharePoint à partir de SCDPM et vérifier le résultat de cette restauration. Dans SCDPM, il me suffit de naviguer jusqu’à l’élément que je souhaite restaurer pour demander à DPM sa récupération.

La navigation à travers les divers points de récupération est très simple et très intuitif, comme sur les versions précédentes…. Les points de récupération sont affichés sur un calendrier, après avoir sélection la date et l’heure du point de récupération qui me convient, je peux naviguer dans les objets SharePoint.

32 SCDPM

La sélection du type de récupération reste très simple et très explicite. Pas besoin de se triturer les méninges pour savoir quel choix je dois faire pour récupérer l’objet SharePoint:

  • Récupération sur le site d’origine
  • Récupération sur un autre site
  • Export vers un dossier réseau
  • Copier les points de récupération sur une librairie à bande

33 SCDPM

Sélection du type de processus de récupération

  • Récupération sans utiliser une ferme de récupération
  • Récupération en utilisant une ferme de récupération

34 scdpm

Les caractéristiques et les paramètres temporaires de récupération

  • L’instance SQL pour monter la base de contenu récupéré
  • L’emplacement des fichiers de base de données récupéré

35 scdpm

L’emplacement de récupération temporaire

36 scdpm

Les options de récupération:

  • Sécurité
    • Appliquez la sécurité du site de destination
    • Appliquer la sécurité du site d’origine de l’objet
  • Bande passante utilisée
  • Récupération SAN (Récupération des snapshot matériels)
  • Notification par email (SCDPM doit être configuré pour pouvoir envoyer des notifications, serveur SMTP, etc…)

Le point le plus important reste la sécurité de l’objet restauré, car en fonction du choix qui est fait dans cette option, le résultat diffère…

37 scdpm

SCDPM lance l’ensemble des tâches qui permettent de récupérer l’objet SharePoint. C’est ici, entre autre que le compte du WSSCmdLetsWrapper intervient, car le processus de récupération sur le serveur SharePoint est basé sur le compte défini au moment de l’activation de la protection SharePoint sur l’agent SCDPM.

SCDPM lance deux tâches permettant:

  • la récupération
  • L’export et l’import des objets

38 SCDPM

Après quelques minutes, l’objet SharePoint à bien été récupéré. La différence du choix du type de sécurité à réappliquer sur l’objet récupéré est primordiale, car dans les deux cas, les métadonnées restaurées sont différentes:

Sécurité = Appliquez la sécurité du site de destination

Sécurité = Appliquer la sécurité du site d’origine de l’objet

39 SCDPM 40 SCDPM
  • Les versions sont conservées
  • Les métadonnées ont été remplacées par ‘System Account’, le compte qui a récupéré l’objet.
  • Les dates sont également à la valeur de l’horodatage de l’action de récupération
  • Les versions sont conservées
  • Les métadonnées ont été conservées, c’est bien le compte qui a créé et modifié l’objet qui est récupéré
  • L’horodatage reste correct et correspond bien à la réalité de l’origine de l’objet.

Conclusion:

Pensez à bien choisir l’option de sécurité lors de la récupération d’objet à travers SCDPM, car vous risquez de perdre des métadonnées qui sont essentielles dans la gestion documentaires et la gouvernance de vos fermes SharePoint.

System Center Data Protection Manager 2010 est un outil très performant et très simple à utiliser. J’ai poussé jusqu’à la récupération de la ferme sur un autre serveur sur lequel j’avais juste installé le nécessaire pour la récupération d’une ferme complète et SCDPM reste très utilisable et toujours aussi efficace…. J’avoue avoir restauré ma ferme en moins de 30 minutes!!!

Quelques inconvénients, tout de même, l’espace de stockage, sur les serveurs SharePoint, car chaque fois que vous restaurez un objet, SCDPM 2010 récupère la copie complète de la base de données dans laquelle existe l’objet ou les objets pour les exporter et les importer ensuite.

Il faut prévoir le stockage nécessaire à cette opération et SCDPM ne supprime pas, à la fin de l’opération, les fichiers utilisés pour la récupération sur le système de fichiers…. C’est à dire que si vous vous lancez dans des récupérations les unes derrière les autres, SCDPM 2010 copie l’intégralité de la base de données de contenu systématiquement à chaque récupération et ne supprime pas les fichiers une fois l’opération terminé…. J’ai attendu plusieurs heures, plus de 48 heures en fait, qui étaient le délai de rétention que j’avais configuré dans SCDPM pour mon groupe de protection et l’agent ne supprime pas les fichiers utilisés pour les récupérations sur les serveurs SharePoint. Les points de récupérations sont correctement supprimés dans SCDPM, mais pas sur les serveurs qui ont été utilisés pour la récupération.

Pensez à faire le ménage de temps en temps, ou à mettre en place des routines qui vous permettront de palier à cela!

Prochaine étape…. SCDPM 2012 (encore en Bêta)….


Bookmark and Share